LE PEN : L’ÉVENTAIL ET LE FOSSÉ